Les brigades rouges en Italie

Les brigades rouges en Italie

Les brigades rouges en Italie

En Italie, les brigades rougesest un groupe terroriste italien d’extrême gauche. Ce groupe a vu son origine durant les années de plomb en Italie.

Les brigades rouges et les années de plomb en Italie

brigades-rouges.jpg

Les brigades rouges sont un groupe armé italien d’extrême gauche, qui a vu son origine durant les années de plomb en Italie. Les membres les plus connus  comme étant des leaders sont Renato Curcio, Marina Petrella, Alfredo Davanzo, CristoforoPiancone.Elles ont semé la terreur vers 1970 en effectuant des actes de terroristes, assassinats,… Entre 1969 jusqu’en 1988, l’on comptait au environ de 400 morts  au cours de quelque 15.000 attentats commis avec le terrorisme noir. Elles ont assassiné plusieurs hommes politiques (Aldo Moro en 1978, Roberto Peci  en 1981,  Massimo d’Antona en 1999, Marco Biagi en 2002).

L’histoire du mouvement des années 70 aux années 2000

lhistoire-du-mouvement-des-annees-70-aux-annees-2000.jpg

L’histoire commençait  vers 1970 quand le collectif politique métropolitain s’était déchainé et se transformait en Gauche prolétarien. Il s’en suivait qu’un groupe armé italien d’extrême gauche s’était apparu avec une idéologie marxiste-léniniste. En 1973, ce groupe a pris son fondement par Renato Curcio (un sociologue italien) et a comme nom « les brigades rouges ».  Depuis, les brigades rouges vivaient dans la clandestinité et favorisaient l’acte terroriste. Elles ont commis des enlèvements, attentats et des meurtres sanglants dans la ville. Le plus marquant est l’enlèvement et l’assassinat d’Aldo Moro (ancien chef du gouvernement italien, leader de la démocratie chrétienne) en 1978. Vers 1980, les brigades rouges ont connu une scission à savoir lesBrigades rouges-Parti Guérilla du Prolétariat métropolitain (BR-PGPM), lesBrigades Rouges pour la Construction du Parti communiste combattant (BR-PCC) et l’Union des communistes combattants (BR-UCC, UdCC, Unione dei CommunistiCombattenti). Cette scission a en quelque sorte provoquée une période de sommeil sur la scène politique. Vers la fin des années 90  que les brigades rouges ont repris leurs actions de terroristes  de nouvelle génération. En  juillet 2009, quelques personnes sont arrêtées pour une tentative d’un attentat contre le sommet du G8 à L’Aquila.